Mettre sa société en liquidation judiciaire, ou « déposer le bilan », comme cela est dit plus fréquemment, est un cap extrêmement difficile à passer pour tout chef d’entreprise honnête ayant investi beaucoup de son temps, de sa vie et de ses économies. Mais après une telle épreuve, est-il encore possible de créer une entreprise ? 

 

Apprendre de son échec

Dans notre culture de l’entreprise, déposer le bilan auprès du tribunal judiciaire est souvent vécu comme un échec, voire même comme une sanction par le chef d’entreprise. Il est vrai que la démarche implique que ce dernier se rende lui-même au tribunal lorsque son entreprise est mise en liquidation. Il doit, devant le tribunal, expliquer les raisons qui l’ont conduit à déclarer son entreprise en état de cessation des paiements.

Hors de ce cadre judiciaire, il convient d’identifier en toute objectivité ce qui a généré ce dépôt bilan pour ne pas reproduire les erreurs commises. Si la situation provient d’un impayé d’un client, il sera nécessaire à l’avenir d’être bien plus attentif à la manière de suivre ses encours. Si l’entreprise présentait un problème récurrent de rentabilité, il sera nécessaire de suivre plus attentivement la gestion financière de son entreprise et plus particulièrement ses marges. De nombreuses raisons peuvent conduire à la mise en liquidation judiciaire. Pour toutes ces raisons, il est impératif d’en trouver les origines pour ne pas les reproduire.

Votre expert-comptable peut vous assister dans cette démarche et vous accompagner. 

 

Les engagements financiers

Tout au long de leur vie, de nombreuses entreprises ont recours aux emprunts pour financer leur activité. Les emprunts souscrits sont souvent associés à une garantie personnelle, telle une caution, prise en général par le dirigeant. Celle-ci est inévitablement activée en cas de dépôt de bilan, si bien que le dirigeant s’en retrouve endetté à titre personnel afin d’honorer la garantie personnelle.

Sur le plan financier toujours, il y a peu de chances que le partenaire bancaire qui a activé la garantie personnelle suive un chef d’entreprise qui a déposé le bilan, sur un nouveau projet. En effet, le chef d’entreprise est considéré comme un risque important. La recherche de financement est donc parfois plus compliquée, ce qui peut rendre le lancement de l’activité difficile. Cependant, rien n’empêche de défendre un nouveau projet auprès d’un autre établissement bancaire.

 

Etre accompagné

Certains entrepreneurs ne se laissent pas abattre par une faillite. Ils conservent l’envie d’entreprendre et de se lancer un nouveau défi. Il leur est possible de créer une nouvelle entreprise, si le dirigeant n’a pas été sanctionné par les tribunaux lors de la liquidation judiciaire. 

Dans ce cas, plus que jamais, être accompagné dans le lancement de son nouveau projet est indispensable. Les études sont formelles : les entreprises qui ne sont pas accompagnées présentent plus de risque de déposer le bilan. Bien préparer son projet limite les risques d’échec. Les experts en création d’entreprise sont aux côtés des entrepreneurs pour identifier les forces et les faiblesses de leur projet, mais aussi pour évaluer les points forts et ceux à améliorer du futur chef d’entreprise, afin qu’il puisse prendre les mesures nécessaires à la réussite de son projet. 

Les chefs d’entreprise ayant vécu un dépôt de bilan, sont souvent tentés de retrouver un statut de salarié chez un employeur, car cela leur permet de s’assurer des revenus certains. Retenter l’aventure de chef d’entreprise est rarement envisagé après une liquidation judiciaire. Le dirigeant éprouve la plupart du temps, le besoin de se reconstruire et de reprendre confiance, avant d’envisager la création d’une nouvelle entreprise. Néanmoins, un projet bien préparé assorti d’un accompagnement sur mesure par des experts en création d’entreprise mérite toujours d’être défendu.